Communiqué fin de campagne sur la Politique Commune des Pêches Ocean2012

 STRASBOURG — Le Parlement européen a conclu aujourd'hui cinq années d'efforts pour réformer la politique commune de la pêche en adoptant la dernière mesure législative, le[b] Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP).[/b]

La réforme de la politique commune de la pêche (PCP) de l'Union européenne a été lancée le 22 avril 2009. Le 30 mai dernier, le Parlement européen et le Conseil parvenaient à un accord politique relatif au règlement de base de la PCP, lequel a été adopté au mois de décembre suivant. Le 28 janvier, un accord a été conclu sur le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche correspondant. L'approbation de ce texte aujourd'hui marque l'adoption formelle d'une législation historique qui, si elle est mise en œuvre de façon efficace, mettra fin à la surpêche dans l’UE, reconstituera les stocks de poissons et octroiera un meilleur soutien financier à une gestion responsable de la pêche.

« OCEAN2012 félicite le Parlement européen, les ministres de la Pêche de l’UE et la Commission européenne pour cette réforme historique qui permettra d’en finir avec la surpêche dans l’UE.

Le mérite en revient aux nombreux groupes de la société civile et aux citoyens européens qui, pendant cinq ans, ont défendu une réforme fondamentale de la politique commune de la pêche. »

]Uta Bellion, directrice du programme marin européen du Pew Charitable Trusts et coordinatrice de la coalition OCEAN2012 qui a soutenu une réforme en profondeur de la PCP

Bien que le règlement de base comprenne des objectifs ambitieux de fin de la surpêche et de reconstitution des stocks de poissons, le fonds pour la pêche fait preuve de moins d’ambitions en ce qui concerne l’arrêt des subventions à la pêche ayant des effets préjudiciables. Certes, le texte final prévoit davantage de moyens pour la collecte des données, et les mesures de contrôle et d'application de la législation. Mais il prévoit également des subventions pour des mesures comme la modernisation des navires, ce qui peut contribuer à la surpêche. Le vote d'aujourd'hui place maintenant l’accent sur la mise en œuvre des mesures dans les États membres, en déterminant notamment la manière dont les fonds disponibles doivent être utilisés.

« Il a fallu une bonne dose de leadership et de courage politique pour obtenir cette réforme, mais cela ne garantit pas la fin de la surpêche dans l’UE. Pour y parvenir, les États membres doivent fixer des limites de pêche durables et mettre en œuvre l'interdiction des rejets, afin de mettre un terme au gaspillage que représente le rejet de poissons morts à la mer. Les citoyens européens souhaitent voir davantage de poissons dans leurs mers et des océans en bon état », a ajouté Mme Bellion.

Le nouveau Fonds pour les affaires maritimes et la pêche entrera en vigueur après son adoption formelle par les ministres de la Pêche et sa publication au Journal officiel de l'Union européenne.